Le festival 2017 billeterie en Ligne Inscription Newsletter
FaceBookTwitterEn
© Marine Prunier

LES DIX COMMANDEMENTS

Théâtre / Sortie de résidence
Clinic Orgasm Society

JEUDI 11 MAI À 19H


On dit que “Les dix commandements”, c’est un grand film hollywoodien. On en oublierait presque que derrière, il y a dix prescriptions originelles, qu’il faut respecter absolument (du moins si on tient à son salut). On dit d’ailleurs que personne n’a jamais réussi à tous les respecter. On dit aussi que, s’il y en a dix, c’est parce qu’on a dix doigts, et qu’on peut ainsi s’en souvenir plus facilement.
Bravant les on-dit, la Clinic s’est lancée le défi d’initier, avec 10 doigts, un cycle de créations autour des 10 commandements selon un processus systémique : elle propose à 10 lieux culturels (en Belgique, en France et en Suisse) d’aller y travailler en laboratoire pendant 10 jours, afin d’y créer chaque fois une performance, selon le principe un lieu/un commandement.
Comment et à quels différents niveaux, individuels et collectifs, résonne aujourd’hui chacun des Dix commandements, piliers fondateurs de la pensée monothéiste ?
C’est en partie les questions que se posera la compagnie pendant ces 10 jours de résidence au théâtre sous le prisme du 9ème commandement :
"Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain." Le 9ème commandement résonne singulièrement aujourd'hui, alors qu'on est confronté quotidiennement sur internet à un entremêlement du vrai et du faux, à l'heure où la stratégie électorale du nouveau président américain a reposé habilement et comme jamais sur le mensonge et les fausses accusations, où il est possible de mettre en scène virtuellement sa vie autant que d'assassiner socialement un individu sur les réseaux sociaux. Mais pourquoi les Anciens ont-ils eu besoin d'inscrire l'interdiction du faux témoignage contre autrui comme injonction fondamentale ? Serait-ce qu'ils en avaient déjà à l'époque mesuré tout le potentiel destructeur ?


www.clinicrgsmsociety.be & www.facebook.com/Clinic-Orgasm-Society

Directeurs artistiques : Mathylde Demarez & Ludovic Barth

Clinic Orgasm Society est conventionnée par la Fédération Wallonie-Bruxelles depuis janvier 2014.


En résidence du 1er au 11 mai
Présentation de fin de résidence le jeudi 11 mai à 19h + Pique-nique partagé
Entrée libre sur réservation (04 90 14 07 99)

--------------------------------------
Sortie de résidence et pique-nique partagé - Mode d’emploi
L’entrée est libre pour tous les curieux, les amateurs et les bienveillants.
Le public qui veut prolonger l’expérience, apporte de quoi grignoter (sucré et/ou salé), nous offrons les boissons!
Après la présentation: échanges avec les artistes et partage de repas.
Réservation souhaitée.

--------------------------------------

3 questions à la Cie :
Où en êtes-vous de votre parcours artistique ?
À un moment-clé. Ça doit être le huitième depuis que la Clinic existe. Plus on apprend sur notre pratique et sur nous-mêmes, plus il y a de nouveaux territoires à explorer. C'est un peu vertigineux. Et en même temps, on ne sait toujours pas formuler ce qu'on cherche exactement. Alors on cherche. On sait juste que ça a à voir avec les normes, ce qui se cache sous la réalité, et l'origine des choses.

Résider aux Doms, pour trouver quoi ?
Ce projet a ceci de spécifique que chaque résidence dont il est composé est un but en soi. Chacune est une expérience performative en immersion totale dans un lieu, un laboratoire spontané qui n'est pas l'embryon d'un futur spectacle, mais le fragment d'un puzzle non prédéterminé. Les Doms offrent un cadre parfait pour une immersion en toute confiance, d'autant plus que la Clinic a une histoire particulière et affective avec ce théâtre.

L’art au quotidien, c’est comment ?
C'est vivre comme une éponge, qui se gorge de tout ce qui l'entoure sans qu'elle n'y puisse rien. Le moche, l'infime, le merveilleux, le révoltant, l'inattendu, et peut-être surtout le bizarre. Le quotidien est magnifiquement bizarre. Et ça donne tout le temps envie de jouer avec. C'est une question de regard(s) que tu lui portes, selon des perspectives différentes. En fait, tu vis à la conjonction de plusieurs univers parallèles simultanément (même si, du point de vue mathématique, c'est assez peu défendable). Pour le reste, concrètement, tu passes beaucoup plus de temps à devoir définir (et donc cloisonner) ton travail, plutôt qu'à le faire.